cohesion-team-diversity
Partager l’article :

C’est une statistique effrayante : le taux de chômage des personnes porteuses de handicap est deux fois supérieur à celui du reste de la population. Pourtant, la diversité a de nombreux avantages pour les organisations. Découvrez sans plus attendre 5 conseils pour favoriser l’inclusion au handicap dans votre entreprise. 

1 — Recruter de manière inclusive

L’inclusion au handicap débute dès la phase de recrutement, qui doit être juste et impartiale pour tous. Ainsi, lorsque vous publiez une annonce, prenez garde à n’exclure aucun profil. 

Pour cela, ne misez pas tout sur l’expérience ou les diplômes. Si ces derniers ne sont pas absolument indispensables au poste, ciblez plutôt les compétences, savoir-être et savoir-faire des candidats pour que chacun puisse se reconnaître. N’oubliez pas de mentionner clairement que le poste est ouvert aux personnes handicapées. 

Abordez ensuite les entretiens de la même manière pour l’ensemble des candidats, sans poser de questions personnelles ou orientées concernant la santé du postulant. Exposez les attentes liées aux différentes missions ainsi que les conditions d’exercice. Vous pouvez terminer la rencontre en demandant si certaines dispositions seront nécessaires pour la bonne intégration de la personne au sein de l’entreprise. De cette manière, vous saurez exactement quels aménagements prévoir pour l’inclure au mieux dans l’effectif. 

2 — Faciliter l’intégration des salariés en situation de handicap

L’étape d’intégration, ou onboarding, est ensuite très importante pour que le nouveau salarié se sente bien accueilli. Comme pour tous les autres collaborateurs, prévoyez un poste de travail, du matériel adapté à sa mission et accompagnez-le dans ses premiers instants dans l’entreprise. En amont, les équipes doivent avoir été informées de son arrivée. 

Si le nouvel employé est en situation de handicap, il est primordial de prévoir des équipements qui correspondent à ses besoins, tels qu’une chaise adaptée, un bureau réglable en hauteur, suffisamment de place pour circuler, etc. Ne pas agencer l’espace avant son arrivée pourrait le mettre mal à l’aise dès son premier jour. 

Enfin, certaines personnes handicapées ont besoin d’aménager leurs horaires, ou de pratiquer le télétravail très régulièrement si les déplacements leur sont difficiles. Dans la mesure du possible, accédez à ces demandes pour leur permettre d’être dans les meilleures dispositions.

3 — Sensibiliser et former les équipes à la question du handicap

Malgré la bonne volonté des salariés, la question de l’inclusion au handicap en entreprise n’est pas toujours adressée correctement. 80 % des handicaps sont invisibles et seuls 15 % des personnes handicapées le sont depuis leur naissance. Il est donc essentiel que tous les salariés soient sensibilisés à ces questions.

Pour cela, vous pouvez tout d’abord organiser une journée de sensibilisation, pendant la Semaine européenne pour l’emploi des personnes handicapées par exemple (SEEPH). Cette dernière a lieu tous les ans au mois de novembre, dans le but de favoriser la rencontre entre les entreprises, les politiques, les associations, les médias et les demandeurs d’emploi. 

Pour mieux comprendre et anticiper les besoins des salariés handicapés, nous vous recommandons également de former vos équipes. Pour cela, n’hésitez pas à contacter l’Agefiph ou à Cap Emploi : ces organismes peuvent vous accompagner et vous conseiller sur les formations à suivre. 

4 — Prendre conscience des avantages de l’inclusion en entreprise

Favoriser l’inclusion des personnes handicapées a de nombreux bénéfices, à la fois pour les entreprises elles-mêmes, mais aussi pour la société. 

En effet, cela permet de diversifier les profils présents au sein d’une organisation. Les expériences et compétences variées permettent de stimuler la créativité et l’innovation, ce qui permet de mieux résoudre les problèmes et de mieux répondre aux besoins des clients. 

Cela permet également d’attirer des talents au-delà des préjugés, de les engager et de les fidéliser. S’ils se sentent inclus et respectés, ils peuvent être loyaux et productifs. C’est aussi une manière de renforcer sa marque employeur et d’attirer d’autres personnes aux profils variés. 

Enfin, l’inclusion des personnes handicapées en entreprise permet tout simplement de garantir les droits humains et sociaux de chacun. 

5 — Inclure la diversité dans les objectifs RSE de l’entreprise

Enfin, l’inclusion est un véritable enjeu sociétal, qui a toute sa place au sein de la politique RSE (Responsabilité Sociétale des Entreprises). 

Pour favoriser la diversité, vous pouvez donc tout simplement choisir d’inclure des objectifs chiffrés concernant l’inclusion au handicap dans votre entreprise. Une personne ou un groupe (souvent travaillant au sein du pôle Ressources humaines) sera alors responsable de tout mettre en œuvre pour atteindre les objectifs fixés. 

Téléchargez notre infographie sur l'inclusion et la diversité en entreprise !

Découvrez les principaux aspects de l'inclusion et de la diversité en entreprise avec notre infographie complète.

🌐 Ce que vous découvrirez :
- Les chiffres clés sur l'état actuel de l'inclusion et de la diversité dans les entreprises
- Les enjeux majeurs liés à la promotion de la diversité en milieu de travail
- Les problématiques courantes à surmonter pour créer un environnement inclusif

Ne manquez pas cette opportunité d'approfondir votre compréhension et d'améliorer vos pratiques en matière de diversité et d'inclusion !

👉 Téléchargez maintenant pour obtenir des insights précieux sur l'inclusion et la diversité en entreprise !

Favoriser l’inclusion au handicap en entreprise est donc bénéfique à la fois pour l’entreprise et pour la société. Il faut aussi savoir qu’il s’agit d’une obligation légale réglementée. Depuis le 1er janvier 2020, l’OETH (Obligation de l’emploi des personnes handicapées) impose aux entreprises de plus de 20 salariés d’employer plus de 6 % de travailleurs handicapés dans leurs effectifs, de manière directe ou indirecte (en stage par exemple). Dans le cas contraire, elles doivent verser une contribution financière au fonds pour l’insertion professionnelle des personnes handicapées.

Ça m'intéresse